Les jeux pandémiques

Le bien-être et la santé mentale des adolescents au temps de la COVID-19
  

C’est un temps extraordinaire pour les adolescents.

Les jeunes âgés de 13 à 19 ans vivent une période de l’histoire qui pourrait ressembler à un scénario dans un roman dystopique : confinements publics et isolement social, communication uniquement par la technologie, édits gouvernementaux et surveillance publique, files d’attente pour la nourriture et les fournitures essentielles, masques de protection personnelle, et un sentiment écrasant d’incertitude. Le temps actuel peut étrangement rappeler la nation fictive Panem dans les romans Hunger Games, mais heureusement nos adolescents ne sont pas tenus de se battre pour leur survie dans un spectacle de divertissement de masse!

Il ne fait aucun doute que de nombreux jeunes sont anxieux car ils vivent en confinement et envisagent les implications pour leur avenir. Essentiellement, ils naviguent dans un monde que nous ne pouvons pas prédire.

Nous insistons sur le fait que vous devez demander un avis médical professionnel si votre adolescent éprouve de graves problèmes de santé mentale, qu’ils soient liés ou non à la vie en confinement ou à toute autre circonstance imposée par la COVID-19.

Les étudiants sont tous dans le même bateau

Pour les adolescents plus âgés (16 à 19 ans), les questions importantes relatives à l’école ou à l’université, les examens, les emplois d’été et les plans de voyage sont en tête de liste. À ce jour, il n’y a pas d’image claire du moment où la situation retournera à une forme de « normalité » et où les adolescents pourront reprendre leurs plans. La vie est essentiellement en attente pour tous. Pour les adolescents qui sont anxieux au sujet de l’école ou de l’université, il peut être consolant d’apprendre que tous les étudiants sont dans le même bateau : examens, travaux scolaires et horaires d’entrée des universités ont été ajustés également pour tous les étudiants.

Les possibilités dans le contexte de l’annulation des emplois d’été : le Programme canadien de prêts aux étudiants

Pour de nombreux étudiants, les emplois d’été ont été annulés ou les plans restent en attente pour l’instant. Une solution de rechange pour les adolescents qui sont dans la position privilégiée d’avoir un solide soutien familial est de participer à des programmes de bénévolat. Ceux-ci peuvent également fournir de précieuses expériences de développement du travail et de compétences, tout en redonnant à leurs communautés locales.

Le gouvernement fédéral prévoit lancer une nouvelle initiative nationale de services  visant à reconnaître les contributions importantes des étudiants aux efforts de la COVID-19 et à fournir un soutien par l’entremise d’une nouvelle subvention du Programme canadien de prêts aux étudiants qui fournira jusqu’à 5 000 $ pour soutenir les coûts d’études postsecondaires des étudiants à l’automne.

Selon le site Web du gouvernement, d’autres détails seront disponibles sur la plate-forme proposée Je veux aider au cours des prochaines semaines, y compris des renseignements plus détaillés sur l’admissibilité, les niveaux de financement disponibles dans le cadre de la subvention, la façon de présenter une demande de poste de service national et la façon dont les demandes seront évaluées.

Voir aussi la ressource du gouvernement en matière d’emploi pour les étudiants

Faire face à l’isolement social

Pour les adolescents en particulier, cette période d’attente combinée avec l’isolement physique des amis peut être particulièrement difficile étant donné leur forte dépendance aux liens en personne en général. Certes, la plupart des adolescents sont bien servis en termes d’appareils technologiques et parviennent à se connecter avec des amis via les médias sociaux, mais cela peut avoir des limites à long terme comme alternative au lien humain réel.

Une approche consiste à aider les adolescents, et tous les enfants, à comprendre la différence entre être seul sans amis et se sentir seul. Peut-être cette période est-elle l’occasion de plus de réflexion sur soi, de tranquillité, de moins de pressions extérieures et même une occasion d’utiliser l’ennui comme un moyen de devenir plus créatif. (Pensez à la vie sur surchargée de nombreux enfants et adolescents et comment cela peut entraver le développement de la créativité, la pensée indépendante ou la réflexion sur soi dans certains cas).

Dans son livre Bored and Brilliant: How Spacing Out Can Unlock Your Most Productive and Creative Self (Ennuyé et ingénieux : comment être dans la lune peut déclencher la version la plus productive et créative de soi), l’auteure Manoush Zomorodi explique le lien entre l’ennui et la pensée originale, et explore comment nous pouvons exploiter les avantages cachés de l’ennui pour devenir une version la plus productive de soi.

Lorsque votre adolescent s’ennuie de ses amis

Il y a beaucoup de choses que les adolescents peuvent faire avec des amis sans être avec eux physiquement. Voici quelques exemples.

  • Clavardage vidéo, courriel, réseaux sociaux.
  • Regarder le même film, la même émission, écouter la même musique en même temps et échanger en groupe par clavardage vidéo.
  • Organiser une fête virtuelle en groupe par Houseparty, Zoom ou d’autres applications.
  • Pratiquer des activités sportives telles que le yoga ou des entraînements à la maison en même temps et en discuter après (il y a une panoplie de vidéos gratuites en ligne).
  • Votre école envoie probablement du travail à compléter; contactez vos camarades de classe et complétez le ensemble.
  • En ce qui concerne le temps d’écran… C’est souvent un sujet qui peut causer des tensions entre les adolescents et leurs parents. Les parents vont certainement montrer un peu plus de souplesse que d’habitude, ils sont capables de comprendre que c’est une façon de rester en contact avec les amis. Cependant, la Société canadienne de pédiatrie suggère qu’il est mieux que les adolescents évitent d’utiliser leurs appareils tard durant la nuit. Elle suggère également que les adolescents essaient de ne pas trop changer leur horaire de sommeil. Trouver un équilibre entre l’horaire typique de la semaine d’école et l’horaire de la fin de semaine de l’adolescent avant la pandémie serait un bon compromis!
  • Beaucoup d’adolescents ont une bonne conscience sociale: c’est maintenant le temps de la montrer! Tu pourrais certainement aider les voisins pour l’épicerie, tant que tu appliques les recommandations du ministère (en particulier, la distanciation physique, se laver les mains pendant au moins 20 secondes, s’isoler si tu es malade, etc.).
  • C’est aussi le moment de faire ressortir tes talents qui n’attendent qu’à être développés: activités artistiques, décoration et rangement chambre, écriture, musique, etc.

Source: Source : La société Canadienne de la pédiatrie

Pause de l’actualité 24 heures sur 24 et du cycle des médias sociaux

Pour les adolescents qui peuvent être anxieux, inquiets ou même craintifs de la situation pandémique, soyez conscients qu’ils se surchargent de nouvelles quotidiennes et d’information via les médias sociaux et traditionnels. Il peut être utile pour l’adolescent de prendre une pause du cycle des nouvelles 24 heures par jour. Une autre suggestion pour les adolescents serait de faire des choses qui les aident à se sentir physiquement (conformément aux règles de distanciation sociale) et émotionnellement sûrs, et de se connecter avec les personnes qui sont utiles à leur bien-être. Dans l’ensemble, les organismes de santé mentale pour les jeunes suggèrent que les adolescents sont mieux servis en s’engageant dans des activités qui favorisent un sentiment de calme et d’« enracinement ». (La consommation d’alcool et d’autres drogues est évidemment contre-productive à cet égard). Voir les ressources sur la pleine conscience pour les adolescents.

Si quelque chose de positif doit découler de cette expérience de confinement, c’est peut-être que les individus au sein d’une famille qui sont généralement occupés et souvent dispersés dans des directions différentes, parviennent à trouver le temps de renouer les uns avec les autres et aussi avec eux-mêmes de façon significative. Comme le souligne l’auteure Manoush Zomorodi, « Ce serait une chose incroyable après que nous en soyons sortis que les gens soient plus à l’aise avec eux-mêmes parce qu’ils passent du temps avec eux-mêmes et qu’ils ont appris à se connaître eux-mêmes. Au début, c’était peut-être un peu ennuyeux, mais peut-être sont-ils ensuite passés dans ce merveilleux lieu de rêverie. Vous pouvez essentiellement voyager dans le temps. Même si vous n’allez nulle part, votre cerveau peut voyager dans le temps. C’est génial. »
 


Ressources nationales

Anxiety Canada (en anglais seulement)

Canadian Association of College and University Student Services (en anglais seulement)

Société canadienne de pédiatrie

Jack.org

Jeunesse, J’écoute

Sick Kids (en anglais seulement)

Youth Mental Health Canada (en anglais seulement)

Resources régionales