L'importance d'être tactique

Dans un contexte de volatilité croissante des marchés et d'attentes de rendement modérées, les investisseurs pourraient bénéficier d'une approche plus tactique
  

Quand il s'agit d'investir, vous pouvez comparer votre stratégie à courir un marathon. Elle nécessite la fixation d'objectifs et un plan de match à long terme. Cependant, vous devez également être suffisamment flexible parfois pour faire face à des scénarios qui évoluent rapidement – c'est là que les tactiques intelligentes entrent en jeu. Être tactique, c'est moins comme courir un marathon et plus comme réorganiser ses activités pour atteindre son objectif de pas quotidiens. Les deux approches peuvent fonctionner en tandem pour vous donner la meilleure chance d'atteindre vos objectifs à long terme.

Pourquoi être tactique?

La répartition des actifs – qui consiste à diviser votre portefeuille en différentes catégories d'actifs, comme les actions, les obligations et les liquidités – est souvent le facteur le plus important pour déterminer le rendement et la volatilité d'un portefeuille. Ces caractéristiques sont généralement basées sur l'histoire, parfois sur une histoire à très long terme. En fin de compte, vous disposez d'une répartition des actifs à long terme qui correspond le mieux à vos objectifs à long terme. Cette allocation est ensuite alimentée par divers véhicules d'investissement comprenant des titres individuels, des fonds communs ou des fonds négociés en bourse (FNB), entre autres.

Cette approche a fonctionné pour les investisseurs au cours des décennies, note Craig Basinger, directeur du placement chez Richardson GMP, et devrait rester la base d'un portefeuille bien construit, ajoute-t-il. Toutefois, il estime également que cette répartition prescrite des actifs n'est pas gravée dans le marbre et qu'il est possible d'ajouter de la valeur en basculant autour de cette répartition de base. M. Basinger identifie deux développements clés qui devraient inciter les investisseurs à envisager l'introduction d'une approche plus tactique : les marchés ont beaucoup évolué ces dernières années et les attentes en matière de rendement sont faibles.

L'évolution rapide des marchés

Au fil des ans, les investisseurs et les conseillers ont appris que « c'est le temps sur le marché qui compte, pas le minutage du marché ». M. Basinger n'est certainement pas en désaccord avec cela pour l’élément central des portefeuilles des investisseurs, mais il fait valoir qu'étant donné la nature des marchés au cours des dernières décennies et les attentes de rendement modérées à l'avenir, l'ajout d'une composante tactique peut aider à aplanir le chemin.

Les fluctuations du marché sont devenues plus importantes et plus prononcées ces dernières années, tant à la hausse qu'à la baisse. Cela est dû à une combinaison de flux de fonds, de transactions à haute fréquence et plus d'argent rapide. Il y a quelques décennies, par exemple, la durée moyenne de détention d'une action cotée à la Bourse de New York était de plus de dix ans. Aujourd'hui, la durée est entre 2 et 3 ans. Les flux de FNB, qui se chiffrent en milliards, peuvent passer de flux entrants à flux sortants d'un mois à l'autre en raison de l'appétit des investisseurs. En outre, il existe des montants considérables de capitaux alloués à des stratégies quantitatives qui entrent et sortent du marché relativement rapidement. Tout cela alimente des fluctuations du marché plus importantes et plus rapides, explique le gestionnaire de portefeuille. Cela signifie que la répartition statique des actifs semble mal adaptée aux marchés actuels.

« Nous pensons que la nécessité d'avoir une composante tactique au sein d'un portefeuille diversifié n'a jamais été aussi grande », dit-il. « Le TSX a connu un parcours tumultueux ces dernières années, s'accélérant dans les deux sens au cours de l'année 2020. La volatilité a été similaire, légèrement moins extrême, sur le marché américain, ce qui rend l'environnement d'investissement difficile, en particulier pour les investisseurs de type "achat à long terme". »

L’hiver arrive pour le 60/40 statique

En effet, si la bonne performance des obligations et des actions au cours des 30 dernières années a certainement contribué à réduire l'impact sur le portefeuille de tout faux pas en cours de route, les perspectives pour les 5 ou 10 prochaines années sont beaucoup plus sombres.

L'univers obligataire du Canada, qui a contribué à un rendement annualisé relativement stable de 7 % au cours des trois dernières décennies, aura du mal à poursuivre cette tendance, selon le gestionnaire de portefeuille. Le rendement est actuellement d'environ 2,5 %, ce qui signifie que pour maintenir un rendement de 7 %, l'appréciation des prix devrait contribuer à hauteur d'environ 4,5 % par an. Étant donné que les prix des obligations augmentent lorsque les rendements baissent, il suffirait que les rendements des obligations baissent suffisamment pour augmenter les performances de 4,5 % par an.  Étant donné la durée actuelle (sensibilité des prix des obligations aux variations de rendement) d'environ 8, il faudrait que les rendements baissent d'environ 0,5 % par an. Vous pouvez probablement imaginer où nous allons. Pour maintenir un rendement de 7 % sur les obligations au cours des cinq prochaines années, il faudrait que les rendements tombent profondément en territoire négatif pour les obligations d'État et peut-être même pour les obligations de qualité investissement.

Bien que cela puisse simplifier exagérément le scénario – c'est-à-dire en ignorant d'autres éléments clés comme le crédit, l'évolution des composantes du marché obligataire, la convexité, etc. – la conclusion demeure : d'après les niveaux actuels des prix des obligations, des rendements et des écarts de crédit (historiquement bas), il semble peu probable que les investisseurs puissent générer 7 % à partir d'une allocation d'obligations à large base au cours des années 2020, déclare M. Basinger. Supposons que les rendements restent stables, tout comme les écarts de crédit au cours des cinq prochaines années, une allocation d'obligations à large base générera alors environ 2,5 % par an, explique-t-il. 

« Si les obligations "font" 2,5 %, cela signifie que pour que le 60/40 maintienne son rendement nominal annualisé de 7,0 %, le 60 % en actions doit lever beaucoup plus de poids.  En fait, la part des actions devrait bénéficier d'un rendement annualisé de 10 %.  Cependant, cela impliquerait en 2025 que le TSX atteigne 24 350, le S&P 4 960 et le Dow 40 000.

Comment être tactique 

La question clé est de savoir comment être tactique, avec succès. « Il faut une très puissante force d'âme pour lancer des appels, souvent contre le consensus ou les opinions dominantes, qui pourraient tout aussi bien se révéler fausses », précise M. Basinger. « De plus, pour être efficace, vous avez besoin d'une approche qui soit reproductible et qui puisse être mise en œuvre rapidement et facilement ».

Une approche consiste à se concentrer sur les bases, en utilisant les évaluations, le sentiment, les données économiques ou l’« intuition » pour déterminer quand il faut basculer au-dessus ou en dessous des fonds propres de base, explique M. Basinger. Cependant, une fois que vous avez investi suffisamment longtemps, ajoute-t-il, « vous vous rendez compte que le marché se moque de presque tout le monde au fil du temps. Peu d'investisseurs ont vu venir 2008 ou 2020 par exemple. Et s'ils ont vu venir le marché baissier de 2020, ont-ils aussi vu le rebond ? Donc, au lieu d'essayer de "déjouer" le marché, qui est composé de nombreux acteurs vraiment intelligents, nous avons choisi d'être plus rapides".

Utilisation d’une approche quantitative fondée sur des règles 

C'est dans ces conditions de marché, caractérisées par des fluctuations importantes et rapides, que M. Basinger et son équipe ont créé en 2011 un portefeuille quantitatif basé sur des règles, appelé Connected Wealth Tactical (Tactical).

Cette stratégie quantitative peut rapidement devenir défensive si le marché perd son élan et se dirige vers une phase corrective ou un marché baissier. Elle peut également participer, dans une certaine mesure, à toute tendance haussière du marché des actions. Il est important de noter qu'elle peut non seulement apporter de petites modifications à la répartition des actifs de 5 ou 10 %, mais qu'elle est capable de déplacer jusqu'à 100 % d'actions ou même 100 % d'obligations/de liquidités sans actions.

L'objectif de Tactical est de fournir des rendements positifs sur les marchés « à la hausse », bien qu'il ne soit pas conçu dans un premier temps pour être aussi fort que le marché. Dans les marchés « à la baisse », Tactical est conçu pour être plus défensif et protéger la valeur, créant ainsi un stabilisateur pour l'ensemble du portefeuille. Depuis son lancement en 2011, il y a eu un certain nombre de corrections du marché et un grand marché baissier. Bien que chaque période de faiblesse du marché soit différente, la tendance générale est que Tactical conserve sa valeur pendant ces périodes, agissant comme un stabilisateur défensif, explique M. Basinger. 

D'après les tests effectués par l'équipe et les performances du portefeuille tactique depuis son lancement, les caractéristiques de réduction des risques sont efficaces pendant les périodes prolongées de faiblesse du marché, explique M. Basinger. « Bien qu'il n'attrape ni les hauts ni les bas, lors de fortes fluctuations, à la hausse ou à la baisse, le portefeuille tactique a tendance à être plus lourdement pondéré dans la classe d'actifs la plus performante. Nous pensons qu'il s'agit d'une stratégie efficace à intégrer dans un portefeuille pour créer une solution plus tactique ».

Si vous souhaitez en savoir plus sur les avantages d'une approche tactique ou accéder au document : Connected Wealth Tactical - A Primer, veuillez contacter votre conseiller en placement.