Parents : un plan qui vous convient

Pour beaucoup de gens, la vieillesse est un peu la conclusion de la vie et un moment pour mettre de l’ordre dans ses affaires. Du point de vue de la gestion de patrimoine cependant, il est préférable d’organiser ses finances et tout ce qui en découle bien avant. Mais comme la tâche peut parfois sembler très ardue, cela devient inévitablement difficile à faire.

La meilleure façon de s’y prendre est de commencer par les choses essentielles : Avez-vous un testament et est-il à jour? Pour vous aider, utilisez notre liste de contrôle sur la planification successorale. Est-ce que tous vos documents importants (comptes bancaires et de placement individuels et conjoints, documents relatifs aux biens, etc.) et vos mots de passe sont accessibles? En ce qui concerne vos placements, votre portefeuille reflète-t-il votre stade de vie et vos objectifs actuels? Traditionnellement, on conseillait aux investisseurs plus âgés (65 ans et plus) d’adopter une répartition de l’actif plus prudente en privilégiant notamment la sécurité relative des obligations. Aujourd’hui, les avis sont moins tranchés et on conseille plutôt à la plupart des investisseurs, peu importe leur âge, d’avoir un portefeuille bien équilibré. L’espérance de vie continue d’augmenter et dans les conditions actuelles de rendement faible, certains retraités trop prudents pourraient finir par manquer d’argent, selon Derek Benedet, gestionnaire de portefeuille chez Richardson GMP. « Un portefeuille bien équilibré qui reflète vos préférences en matière de risque peut offrir une plus-value suffisante durant la retraite pour que votre épargne continue de fructifier », ajoute-t-il. Consultez un conseiller en placement pour une évaluation approfondie de vos besoins et de la meilleure stratégie de placement pour un niveau de risque donné.

Un logement plus petit ou mieux adapté : considérations et enjeux

Outre ces éléments essentiels, nous sommes nombreux à négliger ou à retarder certaines autres décisions plus difficiles. Il faut entre autres réfléchir au moment et à la façon d’emménager dans un logement plus petit (mieux adapté) et de se départir de la maison familiale que l’on chérit depuis toujours, aux différents types d’hébergement possibles et – ce qu’on redoute le plus – aux besoins financiers, d’hébergement et de soins en cas d’incapacité physique ou cognitive. Encore une fois, il vaut mieux planifier tôt en fonction de vos propres critères et pendant que vous êtes en bonne santé physique et mentale et que vous en êtes encore capable.

On préfère le plus souvent ne rien changer, estimant que c’est la meilleure façon de conserver son indépendance. Cela suppose toutefois que rien ne va changer dans un avenir rapproché et qu’on va rester en santé et en contrôle comme on l’a toujours été. Mais de façon plus réaliste, il faudra se résigner un jour à déménager dans un logement plus petit. Plusieurs raisons peuvent nous y obliger :

  • problèmes persistants et difficulté à entretenir la grande maison familiale;
  • nécessité de réduire les frais de logement et de dégager une marge de manœuvre financière pour la retraite;
  • problèmes de santé et nécessité de déménager dans un type d’hébergement qui inclut des soins.

Accepter de se départir des biens de toute une vie est plus facile à dire qu’à faire. Vous devez toutefois penser à l’autre possibilité, c’est-à-dire un problème grave qui vous obligerait à quitter votre maison à la hâte. L’énergie et le temps investis dans une planification proactive ne sont jamais perdus. Si vous le faites vous-même, commencez par quatre considérations importantes :

check mark Cadeaux : Choses que vous voulez donner à votre famille et à vos amis. Maureen Glenn, vice-présidente, Planification fiscale et successorale, chez Richardson GMP suggère de distribuer les biens de votre vivant afin que vos êtres chers puissent en profiter et partager ces moments de joie avec vous.
check mark Dons : Tout ce qui n’intéresse personne, mais qui peut être utile à des organismes de bienfaisance qui recueillent des dons.
check mark Ventes : Avez-vous le temps de vendre vos biens de valeur et en avez-vous envie ou préférez-vous demander l’aide de vos enfants ou petits-enfants?
check mark Rebuts : Pour les biens qui sont endommagés, dont vous ne voulez plus ou qui ne sont plus utiles.

Songez à la charge financière, personnelle et émotive associée au fait de déménager dans un logement plus petit et soupesez soigneusement vos options. Discutez de ces questions avec votre famille et un conseiller financier et songez à faire appel à des services spécialisés de transition pour les aînés. Cette décision doit tenir compte des coûts (financiers et émotifs) et des avantages. Considérez entre autres les frais de vente de votre maison et de déménagement et aussi peut-être la possibilité de devoir quitter votre environnement actuel et votre zone de confort. Un déménagement vous éloignerait-il de votre famille, de vos amis et de votre réseau, comme vos professionnels de la santé, vos commerces de proximité et autres services essentiels? Évidemment, ces questions peuvent toutes être considérées au moment de choisir un nouveau logement ou elles ne se poseront pas si vous décidez de vous rapprocher de vos enfants ou d’autres membres de votre famille, comme vos frères et sœurs. L’objectif ultime d’un déménagement dans un logement plus petit est de vous offrir un milieu de vie plus simple, plus sécuritaire et sans souci.

Résidences pour aînés : des options diversifiées qui suscitent toute une gamme d’émotions

Il existe aujourd’hui un vaste choix de résidences pour retraités : pour personnes autonomes, avec services ou pour personnes en perte d’autonomie.

C’est toutefois une option qui rebute à la plupart d’entre nous. Dans un entretien avec Sarah Widmeyer, directrice, Stratégies de gestion de patrimoine chez Richardson GMP, Matt Del Vecchio, un conseiller professionnel spécialisé dans le domaine du vieillissement, explique que cette réticence est due en bonne partie à la peur, à l’anxiété, à un manque de connaissances ainsi qu’au refus d’admettre qu’on puisse avoir besoin d’aide.

M. Del Vecchio – dont le nom en passant signifie « vieux » en italien – est également le fondateur et le président de Lianas, une entreprise canadienne qui offre des services spécialisés de transition pour les aînés. Il recommande d’aller visiter des résidences pour aînés afin de confronter ses peurs et ses préjugés. Aujourd’hui, ce secteur offre une panoplie de services et de formules pour répondre aux besoins de différentes clientèles. Ces visites ne vous engagent à rien, tout en vous permettant de vous imprégner de la culture et de l’atmosphère et de comprendre le niveau de soins offerts. D’un point de vue pratique, cela vous permet de voir les différentes options et d’avoir une idée des coûts et des crédits fiscaux. Lianas conseille aux personnes et à leur famille de profiter des repas gratuits offerts par de nombreuses résidences pour goûter à la nourriture et se mêler aux autres résidents. Selon Lianas, c’est une façon moins formelle de se faire une bonne idée de la qualité d’une résidence.

Opinions professionnelles

Vous n’êtes toujours pas convaincu ou vous avez besoin d’une opinion objective, qui n’est pas influencée par vos enfants et votre famille? Lianas suggère de parler à un professionnel ou à un conseiller en qui vous avez confiance, comme votre médecin ou un spécialiste. Les médecins peuvent reconnaître vos vulnérabilités potentielles et vous suggérer des modes de logement alternatifs s’ils estiment que vous courez un risque. Et si vous craignez de manquer d’argent, discutez avec votre conseiller financier afin de concevoir un plan financier et d’évaluer différents scénarios pour faire un choix de résidence approprié à long terme. Les travailleurs sociaux, les gériatres et les spécialistes des besoins des aînés peuvent aussi vous conseiller et vous offrir un point de vue objectif, selon Lianas.
 

Enfant majeur : l’importance d’une communication constructive

Ceux d’entre nous qui ont la chance de garder leurs parents longtemps doivent souvent trouver un juste équilibre entre la nécessité d’aider et la tendance à vouloir tout contrôler et à surprotéger.

En lire plus.
 

Une même famille, différentes perspectives

Une même équipe, différentes perspectives. Les parents vieillissants et leurs enfants majeurs peuvent avoir des points de vue très différents sur les décisions reliées au style de vie, qu’il s’agisse de l’emménagement dans un logement plus petit, du train de vie à la retraite ou des soins à demander.

En lire plus.